dimanche 2 février 2020

REPORTÉ A UNE DATE ULTÉRIEURE XVIIèmes Rencontres de la CRIÉE Les 15 et 16 Mai 2020 au Centre des Congrès de Reims L'ENGAGEMENT DANS L'ESPACE DE LA RENCONTRE TRANSFÉRENTIELLE


REPORTE A UNE DATE ULTÉRIEURE


Bonjour à toutes et à tous,


Les XVIIèmes Rencontres de La CRIEE « L'engagement dans l'espace de la rencontre transférentielle » qui devaient se tenir les 15 et 16 mai 2020 au Centre des Congrès de Reims seront reportées.
Comme chacun sait, nous sommes frappés par cette épidémie qui nous a d'abord sidérés puis bouleversés dans notre rapport au quotidien et aux soins.
Nombre d'entre nous sont engagés dans le soutien matériel et psychique aux patients, et le transfert institutionnel est sans cesse à relancer pendant cette période assez catastrophique.
Nous sommes donc contraints de reporter ces Rencontres et nous rembourserons tous ceux qui s'étaient déjà inscrits.
Par ailleurs nous sommes déjà en train d’étudier la possibilité d'une autre date pour des Rencontres qui, de fait se tiendront dans l'après coup de l'épidémie.
Nous aurons à intégrer les enjeux éthiques, politiques et cliniques de ce moment que nous sommes en train de traverser.
Dès qu'une nouvelle date sera fixée, nous vous en préviendrons.

Bon courage à toutes et à tous en ces temps difficiles,

Docteur P. CHEMLA
Président de La CRIEE


REPORT DES PROCHAINES RENCONTRES






XVIIèmes Rencontres de la CRIEE
Psychiatrie, Psychanalyse, Psychothérapie Institutionnelle

Les 15 et 16 Mai 2020
 Centre des Congrès de Reims

L'ENGAGEMENT DANS L'ESPACE DE LA RENCONTRE TRANSFÉRENTIELLE



L’enjeu de la rencontre transférentielle dans la psychose, mais aussi dans d’autres configurations cliniques, insiste sur le registre de « l’image inconsciente du corps ». Le travail inaugural de Gisela Pankow, sa conception d’un « phantasme » à faire surgir dans la cure comme structure générative de la capacité à fantasmer, constitue un point d’appui essentiel pour que le sujet puisse accéder à un espace imaginaire. Ce qui reste problématique et difficilement transmissible concernerait la capacité de chaque thérapeute, de chaque soignant  à « entrer dans la danse » (Davoine) et à s’y tenir debout. Pankow parle fort justement de « descente aux enfers » à propos de cette « approche du dedans », et donc du partage de zones de catastrophe, voire des « aires de mort » psychiques évoquées par Benedetti. Le thérapeute, le soignant, s’y risque, avec son corps et son « être au monde », en se rendant compte de la faiblesse de l’appui sur une « pensée héritée »(Castoriadis). Miser sur le désir inconscient suppose sans doute une sorte d’acte de foi laïque dans l’inconscient, et la possibilité de produire une première forme, une gestaltung, « forme formante » génératrice de l’espace à construire, et peut-être d’une historicité pour « le sujet potentiel » qui surgirait dans le transfert. Il faudrait insister également sur la théorisation nécessaire pour chaque thérapeute, chaque soignant, qui s’inscrit sur les traces de ceux qui l’ont précédé, tout en réinventant « une boite à outils métapsychologique » personnelle, évoluant tout au long de sa vie. 
Quel serait le ressort intime de l’énergie nécessaire pour supporter de telles traversées au long cours ? 
Le Collectif pourrait-il constituer un point d’appui qui permette à ceux qui en ont le désir de s’avancer tout en s’étayant sur des constructions institutionnelles suffisamment solides, mais également malléables autant que nécessaire ? 
Cette malléabilité serait en relation intime avec « l’aire de jeu » dégagée par Winnicott, matrice de toute la créativité ultérieure dans la psychanalyse, la psychiatrie, mais aussi les œuvres d’art qui en témoignent dans la Culture. Or nous savons par expérience que cette créativité peut être entravée, empêchée par des forces hostiles au désir, que nous pouvons mettre en rapport avec la pulsion de mort dans son versant d’anéantissement. Remarquons la coalescence actuelle entre ces forces de mort et l’emprise économique et idéologique des politiques néolibérales. Dès lors l’engagement dans le transfert s’intriquera nécessairement avec une prise de position politique. C’est l’enjeu des « pratiques altératrices » (Dardot), qui nous permettent de rester vivants dans nos institutions afin d’éviter qu’elles ne se transforment en nécropoles. Autant dire que l’analyse institutionnelle permanente, qui suppose elle-même une énergie considérable, va engendrer des turbulences. 
Travail indispensable pour un « désir travaillé » et la possibilité d’un « horizon d’attente », orienté également par la réalité de l’aliénation sociale et politique.
                                                           Patrick CHEMLA


Tolten ponctuera les Rencontres par des interventions poétiques



PROGRAMME DES RENCONTRES


Vendredi 15 Mai  de 9h00 à 13h00

PRESIDENT : Gérard RODRIGUEZ
DISCUTANTE : Aurore LE NAIL
INTERVENANTS :
            Pascal CRETE : Le travail institutionnel à l’ère de la désinstitutionnalisation
         Loriane BELLAHSEN : Le corps et ses raisons
         Pierre DELION : Continuons le combat institutionnel 
         Mary DORSAN : Méthode




Vendredi 15 Mai de 14h30 à 18h00

6 ateliers
Atelier 1 : CLINIQUE

ANIMATEUR : Thérèse ZAMPAGLIONE
Régulateur du temps : Clarisse MILCENT
INTERVENANTS :
-       Yacine AMHIS, Anne DEROO et Anne-Gaëlle LAUDELOUX : Elie, sur le fil 
-       Corinne DOUENEL et Amélie DIMECH : Ne pas perdre le Nord
-       Nathalie AZAM : « Le CORPS-PASSERELLE du comédien-intervenant » : la scène comme espace de soin partagé 
-        Pierre KAMMERER : Fécondité d’un amour de transfert 



Atelier 2 : CLINIQUE

ANIMATRICE : Géraldine Delcambre
Régulateur du temps : Emilie CAZIN
INTERVENANTS :
-       Alain ABRIEU, Hamid Soltani et Marie Claude Taliana : Il était une voix…
-       Virginie PERILHOU et Jérome COSTES : Service fermé pour cause de séjour
-       Sarah COLIN et Anne-Line FOURNIER : Accompagner à plusieurs la relation parents enfants…



Atelier 3 : CLINIQUE ET TRANSMISSION

ANIMATRICE : Pascale HASSOUN
Régulateur du temps : Théodore MYSTAKELIS

INTERVENANTS :

-       Faïka MEDJAHED et Sabrina BOUCHAIR : Du sens dans le non- sens, expérience d’un groupe de travail analytique algérien
-       Kathy SAADA et Okba NATAHI : Transmettre et problématiser les apports de la psychanalyse : une expérience singulière en Tunisie
-       Patrick BELAMICH : Transmission et institution
-       Anna PARE ANASTASIADOU : Semailles


Atelier 4 : CLINIQUE ET POLITIQUE 

ANIMATEUR : Serge Klopp
Régulateur du temps : Fanny REBUFFAT

INTERVENANTS :
-       Lise GAIGNARD : « La hiérarchie n’a aucun pouvoir thérapeutique » (Hélène Chaigneau)
-       Matthieu BRAUN et Margot PAOLUCCI : Business is business : tu coches et t’encaisses
-       Céline PASCUAL-VIDAL et CMPA Florac : De-ci, de-là

  Atelier 5 : CLINIQUE ET CREATION
ANIMATEUR : Thierry DELCOURT
Régulateur du temps : Elisa DURIS
INTERVENANTS :
-       Anna ANGELOPOULOS, Corinne CHEMIN et Guillaume ALEMANY : L’atelier conte et les métamorphoses de l’homme normal 
-       Laurence MARCHAND : Politique TRANS
-      Christophe BOULANGER : Art brut et invention d’espaces


Atelier 6 : SINGULIER ET COLLECTIF

ANIMATEUR : Laure THIERION
Régulateur du temps : Christophe PONSARD
INTERVENANTS :
-       Leïla LEMAIRE et Joris DE BISSCHOP : Entre le faire et l’agir :la fabrique de bords
-       Christelle GUILLEMIN : Création collective et mise en Je(u) 
-      Benjamin ROYER : De la fonction club dans les psychothérapies. Et une cafetière réinventera la démocratie 



Samedi 16 Mai de 9h00 à 13h00
Matinée ouverte à tout public

Situations des pratiques altératrices


ANIMATEURS : Mathieu BELLAHSEN et Delphine GLACHANT (Printemps de la psychiatrie)


9h00 : TABLE RONDE

PSY-CAUSENT, HUMAPSY, TRUC, Section locale de l’UNAFAM, AMPI, FIAC, USP,  CNP CGT, SNPP, Collectif 39 Enfance…

Avec Patrick Estrade, Alain Abrieu, Madeleine Alapetite, Philippe Burgaud (sous réserve), Thierry Delcourt, Philippe Bichon, Serge Klopp, Sandrine Deloche 

11H30 : Simone MOLINA : Le Point de Capiton, un « espace potentiel »pour la psychanalyse


12h00 : Pierre DARDOT : Quelle démocratie ?        





Samedi 16 Mai de 14h30 à 18h00

PRESIDENT : Yacine AMHIS

DISCUTANT : Annie TOPALOV

INTERVENANTS :
         
-       Patrick CHEMLA : «Le dur désir de durer » (Paul Eluard
-       Christophe CHAPEROT : Schizophrénie et plongée dans le transfert inversé
-       Françoise DAVOINE : Les séminaires de Jean-Max Gaudillière sur « folie et lien social » à l’EHESS







En cas de difficulté, vous pouvez contacter la Criée par mail 

(Sabrina Chibani : g04.extra@epsm-marne.fr) ou par 

téléphone (Christine Chemla : 0631717657). 

   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire