jeudi 9 novembre 2017

PROGRAMME DE LA CRIÉE 2017/2018 : L’imaginaire dans la clinique -- Séminaire Introductif le jeudi 16 Novembre 21h Centre Artaud


PROGRAMME DE LA CRIÉE 2017/2018

L’imaginaire dans la clinique



Ouverture séminaire 
le jeudi 16 Novembre 21h au Centre Artaud 
Pour ce séminaire d'ouverture de notre année de travail, je m'appuierai essentiellement sur l'élaboration de Jean Oury dans son séminaire dernièrement paru aux ed d'Une (et disponible au centre Artaud): Les symptômes primaires de la schizophrénie.
ce séminaire ouvre de multiples pistes que nous commencerons à déployer. Après l'appui sur le stade du miroir lacanien, j'aimerais insister sur la dimension du corps que Oury va référer à G.Pankow et sur le registre de la création repris plus tard dans Création et Schizophrénie. Il est remarquable que dès ses débuts, dans sa thèse de médecine soutenue en 1950  mais publiée tardivement en 2008 sous le titre Essai sur la création esthétique, Oury ait dégagé ce registre de l'imaginaire créateur et du plan d'existence esthétique. Souligner cette voie d'entrée dans le traitement des psychoses par le biais de l'art brut, du surréalisme, de la littérature et de la poésie insiste sur cet enjeu crucial de la poïesis dans l'abord de toute praxis.

P.Chemla.



Nous avons, les années précédentes, travaillé sur « le Collectif à venir », ce qui nous a conduit à relire plusieurs séminaires de Jean Oury, mais aussi à revisiter la catégorie de l’imaginaire. L’enjeu des « praxis instituantes » pour reprendre le terme de Pierre Dardot et Christian Laval, nous a renvoyés à une première lecture de l’élaboration de Cornelius Castoriadis. Celui-ci produit très tôt la catégorie de l’imaginaire radical, à entendre dans ses deux acceptions : à la racine du sujet, mais aussi dans  son inscription dans les« productions imaginaires du social-historique ». Là où Lacan mettait le symbolique, puis le Réel, au cœur de la problématique du sujet, Castoriadis place donc l’imaginaire radical, manière de se détacher très tôt du structuralisme, de tout déterminisme, et de ce qu’il  appelle « la pensée héritée ». Il s’agit d’un tout autre imaginaire que celui du stade du miroir, puisqu’il évoque entre autres pour l’expliciter la possibilité d’envisager une composition musicale. Il s’agirait d’explorer cette piste de travail mais aussi toutes celles qui nous viennent de notre clinique des psychoses et des états-limites. De fait de nombreux auteurs, dès lors qu’ils se sont confrontés à la clinique, ont produit d’autres conceptions de l’imaginaire : que l’on pense au « premier rassemblement » (coming together) de Winnicott, à  l'espace imaginaire de "l'autre scène" exploré par Octave Mannoni, à la gestaltung de Jean Oury, et à bien d’autres. Depuis longtemps nous nous y trouvons à notre tour confrontés quand il s’agit de restaurer « l’image inconsciente du corps »(G. Pankow) abimée d’un patient, sa capacité à rêver, à s’ouvrir à la possibilité de l’amour. L’importance que nous accordons à la narrativité, mais aussi aux productions plastiques des patients, à leur accès à un espace imaginaire fait partie de notre souci quotidien. Notre propre capacité à rêver, fantasmer ce qui se joue dans l’espace du transfert ne saurait se réduire au seul registre du symbolique, alors que nous nous préoccupons de l’ambiance, du sensible et du tact. Enfin nous ne pouvons plus penser ce qui se joue pour un sujet sans tenter de l’articuler avec ce qui se passe dans le Monde, et  donc aux « productions imaginaires du social-historique ». Est-ce une autre manière d’envisager la « double aliénation », concept crucial de la Psychothérapie Institutionnelle ? Sans doute, mais en insistant aussi sur la nécessité actuelle de repenser notre réalité clinique et institutionnelle en prise avec une « nouvelle raison du monde »(P. Dardot et C. Laval) néolibérale. Une raison qui  engendre une vision réifiée des sujets en souffrance, rabattement sur un imaginaire comptable, marchand, où chacun se trouve mis en concurrence avec tous.
Il nous resterait donc à repenser cette catégorie de l'imaginaire qui permet au sujet de soutenir une utopie concrète se passant de toute terre promise comme de toute réconciliation du sujet avec lui-même. Sans cette utopie, ce mirage nécessaire porté par l’illusion, comment  pourrions-nous  imaginer une vie désirable, condition indispensable pour un travail  qui élabore avec la psychanalyse le rapport du sujet à son "désir inconscient inaccessible"?
                                                                                               Patrick CHEMLA


Bibliographie  :

- Cornelius  Castoriadis :
 - Carrefours du labyrinthe, Tome 5 Fait à Faire, aux éditions Points Essais 2008.
- Jean Oury : Séminaire « la décision » et séminaire « Création et Schizophrénie », aux Editions Galilée 1989.
 "Les symptômes primaires de la schizophrénie" aux éditions d'Une, 2016, disponible également au centre Antonin Artaud 
- Donald Winnicott Jeu et Réalité, aux éditions Gallimard 2015.
   -Gisela Pankow : L'homme et sa psychose, ed Flammarion, 2009  
 l'Etre-là du schizophrène, ed Flammarion 2011     
Textes sur l’imaginaire dans le blog de la Criée :
- Articles et interviews de Castoriadis sur le blog de la Criée (http://lacriee51.blogspot.fr/)
- Livres de Arnaud Tomes :
1  Cornelius Castoriadis, «  L’imaginaire comme tel », avec une très bonne introduction pédagogique à la pensée de Cornelius  Castoriadis (aux éditions Hermann 2007)

2 Cornelius  Castoriadis : l’Imaginaire, le Rationnel et le Réel, aux éditions Demopolis 2015.


Le séminaire cette année se centrera sur l'étude du livre de Jean OURY "Les symptômes primaires de la schizophrénie"et donc de l'entrecroisement des approches qu'il articule : phénoménologie, pensée de Jean LACAN, de Giséla PANKOW et de quelques autres...

Conférences – débats

Jeudi 25 janvier 2018
21h00 au centre Artaud

Jean COOREN
Psychiatre et Psychanalyste

"Errance, refuge, exil, et la quête du hors lieu sans salut"

_______________________________________________________

Samedi 17 février 2018
14h00 au centre Artaud

Adeline HAZAN
Contrôleur général des lieux de privation de liberté
à propos de la publication de son rapport 2016 :

Nous pourrons discuter avec elle de son rapport et en particulier de ce qu'il avance et révèle de l'état de la psychiatrie.

_________________________________________ 


 Jeudi 22 février 2018
21h00 au centre Artaud

Annie GUERINEAU-JOMELI
Psychanalyste
viendra présenter son livre

"Propos d'une psychanalyste". (Editions L’Harmattan)

______________________________________________________________

Jeudi 29 mars 2018
21h00 au centre Artaud

Fethi BENSLAMA
Psychanalyste, Professeur de Psycho-pathologie
viendra présenter son livre co-écrit avec Farhad Khosrokhavar

"Le Djihadisme des femmes, pourquoi ont-elles choisi Daesh ?" (Editions du Seuil)

___________________________________________________________

Jeudi 19 avril 2018
21h00 au centre Artaud

Pierre DARDOT
Philosophe
viendra présenter son livre co-écrit avec Christian Laval

"L'ombre d'octobre, la révolution russe et le spectre des soviets" (Edition Lux Editeur Canada)

__________________________________________________________________
Jeudi 24 mai 2018
21h00 au centre Artaud

Alice CHERKI
Psychiatre et Psychanalyste
viendra présenter son livre


"Mémoire anachronique, lettre à moi-même et à quelques autres" (Editions de L'aube)



Séminaires de la CRIEE à 21h00 au centre Artaud

Pour ce séminaire d'ouverture de notre année de travail, je m'appuierai essentiellement sur l'élaboration de Jean Oury dans son séminaire dernièrement paru aux ed d'Une (et disponible au centre Artaud): Les symptômes primaires de la schizophrénie. Ce séminaire ouvre de multiples pistes que nous commencerons à déployer. Après l'appui sur le stade du miroir lacanien, j'aimerais insister sur la dimension du corps que Oury va référer à G.Pankow et sur le registre de la création repris plus tard dans Création et Schizophrénie. Il est remarquable que dès ses débuts, dans sa thèse de médecine soutenue en 1950  mais publiée tardivement en 2008 sous le titre Essai sur la création esthétique, Oury ait dégagé ce registre de l'imaginaire créateur et du plan d'existence esthétique. Souligner cette voie d'entrée dans le traitement des psychoses par le biais de l'art brut, du surréalisme, de la littérature et de la poésie insiste sur cet enjeu crucial de la poïesis dans l'abord de toute praxis.





Séminaire introductif : Le jeudi 16 Novembre 2017
 Patrick CHEMLA lancera les perspectives de travail pour l'année 

Reprise des séminaires en 2018 le lundi :

Lundi 8 janvier, lundi 12 février, lundi 9 avril, lundi 14 mai.
Pas de séminaire en mars


Ces séminaires s’inscrivent dans les enseignements du Cercle Freudien. 




Annonce des XVI Rencontres de la CRIÉE : les 1er et 2 juin 2018
Vous pouvez vous inscrire dès maintenant !
Renseignements et inscriptions auprès de :
Julie MESTRUDE : 06.62.49.31.82 - j.mestrude@epsm-marne.fr
 ou Sabrina CHIBANI
Centre de Jour A. Artaud – 40 rue Talleyrand – 51100 REIMS
Tél. : 03.26.40.01.23 – Fax : 03.26.77.93.14  g04.extra@epsm-marne.fr




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire